deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

Deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux ?

De plus en plus, la gente humaine est obligée de se rendre à l’évidence et d’admettre que les animaux, sauvages ou domestiques, éprouvent des sentiments et plus particulièrement lors de la mort d’un de leurs congénères. Outre le deuil que vous allez devoir vivre vous-même, il va falloir prendre en charge celui des autres animaux de la maison.

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

Les animaux ont une meilleure attitude envers la vie et la mort que nous. Ils savent quand leur temps est venu. Nous sommes ceux qui souffrent quand ils meurent, mais c’est une sorte de chagrin de guérison qui nous permet de traiter d’autres douleurs qui ne sont pas si faciles à gérer.                                       Emmylou Harris

La compréhension de la mort chez les animaux

Lorsqu’une mort se produit dans la société humaine, des rites sont organisés, différents selon les civilisations et les cultures mais ils ont en commun le recueillement et l’hommage au disparu. Cette attitude n’est pas réservée au genre Humain. Les animaux aussi font leur deuil…

Les comportements des animaux face à la mort d’un des leurs

Des témoignages de plus en plus nombreux sur le comportement des animaux nous permettent de constater qu’ils sont troublés, voire bouleversés par la mort d’un de leur proche et qu’ils expriment le chagrin.

Certains chercheurs commencent à penser qu’on a largement sous-estimé la compréhension qu’ont les animaux du passage de la vie à la mort.

deuil d’un animal : que faire avec les autres animauxLa revue scientifique américaine « Current Biology » a publié deux études sur la réaction de chimpanzés au décès d’un proche. Les grands singes ont des comportements assez proches de ceux des humains, dont une phase de deuil.

Un des auteurs, James Anderson de l’Université de Stirling en Ecosse déclare : « Nos observations de la façon dont les chimpanzés réagissent à l’agonie ou au décès d’un compagnon indiquent que leur conscience de la mort est probablement bien plus développée qu’on ne l’imagine.»

Il relate également le comportement de chimpanzés qu’il a pu observer dans un zoo au moment de la mort d’une femelle âgée :

« Dans les jours qui ont précédé le décès de Pansy, les autres étaient très attentifs à elle, ils restaient près d’elle et la toilettaient. Ils ont même changé leurs habitudes pour venir dormir à ses côtés. Un peu comme s’ils la soutenaient, comme le feraient des gens en réarrangeant leur quotidien pour pouvoir être au chevet d’une personne en phase terminale. Au moment de sa mort, on aurait dit qu’ils testaient les signes vitaux de Pansy : en la secouant, en inspectant son visage ou en lui soulevant la tête, poursuit le chercheur. Et puis, après une ou deux minutes, c’était comme s’ils étaient arrivés à la décision collective qu’elle était morte.»

Dans les jours qui ont suivis, les singes sont apparus beaucoup plus réservés qu’habituellement et ont réduit notablement leur alimentation.

De nombreux articles ont également traité du comportement des éléphants. Tout le monde connaît l’histoire d’Eleanor, une femelle dominante d’un troupeau dans un parc national du Kenya.

Eleanor, agonisa de longues heures en présence d’une autre femelle prénommée Grace. Celle-ci, barrit et essaya de la lever toute la journée avec ses défenses. Eleanor mourut au petit matin et Maui, une autre femelle, s’approcha d’elle et l’examina en la secouant. Pendant une semaine, les bébés d’Eleanor et les autres femelles du troupeau vinrent à ses côtés et continuèrent même à venir se recueillir sur les lieux une fois le cadavre retiré par les gardiens du parc.
Les mères bonobos gardent longtemps leur bébé dans leurs bras après leur mort. Elles le veillent tandis que les mâles se battent pour protéger le corps des prédateurs. Les babouins ont la même réaction. Une mère a même  porté son bébé mort pendant 68 jours.

deuil d’un animal : que faire avec les autres animauxEn 2007, un biologiste marin à l’Institut de recherche Tethys de Milan, Joan Gonzalvo observe un grand dauphin femelle, visiblement en détresse. À contre-courant, elle pousse de son rostre un nouveau-né, vraisemblablement le sien. Il est mort. Au deuxième jour, la femelle n’a pas abandonné son petit. Elle commence à inquiéter J. Gonzalvo et ses collègues, car elle ne s’alimente pas normalement, ce qui est risqué pour sa santé, car les dauphins ont un métabolisme élevé. Joan Gonzalvo décide de ne pas récupérer le corps du petit pour effectuer une autopsie, comme il le fait d’habitude pour ses recherches.

« Je ne suis pas intervenu par respect », a-t-il raconté. « Nous avons été les témoins privilégiés de ce lien évident qui unit les mères et leurs petits chez les grands dauphins. Je les étudie depuis plus de dix ans et il était beaucoup plus intéressant pour moi d’observer ce comportement naturel que de l’interrompre en interférant de façon abrupte et en troublant cette mère visiblement plongée dans un grand désarroi. Selon moi, elle était en train de faire le deuil de son enfant. »

Nos animaux de compagnie ne sont pas en reste, en témoigne l’histoire de ce chien au Japon, habitué à accompagner son maître à la gare tous les matins et à venir le rechercher tous les soirs. Il a continué à effectuer le trajet même après la mort de son propriétaire… revenant seul tous les soirs à la maison.

Personnellement j’ai connu une chatte qui a hanté en miaulant toutes les pièces de la maison pendant des mois pour chercher notre chien décédé, Boule, son compagnon et ami depuis 15 ans. Comme j’en parlais à tout le monde, une amie m’a raconté que son lapin avait eu le même comportement à la mort de son amie la chatte.

Une enquête réalisée auprès de 153 vétérinaires américains révèle que les chiens adoptent des comportements particuliers lors de l’euthanasie d’un de leurs congénères. Agitation, aboiements, silence… auraient-ils conscience que leur compagnon est mort ?

Nombre d’histoires de ce type, rapportées ces dernières années sur des animaux variés – cétacés, grands singes, éléphants et quantités d’autres espèces allant des animaux d’élevage à ceux de compagnie –, témoignent de comportements altérés en réaction à la mort d’un proche et soulèvent la question du deuil chez les animaux.

Les rituels de deuil chez les animaux

Les animaux pratiquent-ils des rituels funéraires ? Ces deux vidéos nous autorisent à nous poser la question.

Ces pies nous montrent comment elles disent adieu à leurs morts

Selon Marc Bekoff, chercheur de l’Université de Washington (Etats-Unis), « Nous ne pouvons pas savoir ce qu’elles ressentent ou pensent mais à la lecture de ses actions il n’y a aucune raison pour ne pas croire à un dernier adieu entre ces pies et leur congénère ».

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

Ressentent-ils vraiment de la douleur face à la mort de leur ami ? Ou sont-ils seulement perturbée par le fait de ne plus le voir bouger ? Depuis deux siècles, les scientifiques débattent avec vigueur de l’aptitude des animaux à exprimer des émotions autres que celles associées au soin parental, à la survie ou à la reproduction. La réponse est peut-être dans cette vidéo.

L’adieu émouvant des ânes à leur ami décédé

COMMENT LES AIDER

Voilà le constat est fait : les animaux sont affectés autant que nous par la disparition d’un être de leur entourage. Selon l’espèce, les émotions peuvent être exprimées de manière différente.

Par exemple, les chiens ont une grande faculté d’adaptation et ont tendance à vivre davantage dans le moment présent. Il est donc possible que le départ de son compagnon de route ne déclenche chez lui aucune modification comportementale. Par contre, le sentiment de tristesse est moins évident à déceler chez certains animaux comme un poisson rouge ou certains rongeurs. Il faut attacher une attention particulière aux chevaux qui vivent en troupeau quand le dominant disparaît. C’est lui qui assure la sécurité du groupe et le problème lié à sa disparition va au-delà du stress émotionnel.

Il faut également tenir compte que, comme les êtres humains, ils seront d’autant plus touchés si la relation avec l’animal était intense et profonde.

Maintenant que peut-on faire pour les aider ?

Tout d’abord, observer ce qui se passe

S’il y a changement de comportement, il faut en identifier la cause. Est-ce le fait d’être seul, de ne plus avoir de compagnon de jeu ou tout simplement un changement de routine qui, d’ailleurs, est parfois initié par le maitre lui-même. Il veut trop en faire pour consoler l’animal en deuil et instaure de trop grandes modifications dans le mode de vie de la maison.

Les manifestations principales du deuil chez un animal sont le manque d’énergie, un désintérêt des activités appréciées auparavant, une perte d’appétit, des modifications dans le sommeil et troubles de comportement (plainte, léchage, énurésie…)

Ce comportement dépressif de l’animal peut durer plusieurs semaines après l’évènement douloureux, mais s’il perdure, il faut envisager une prise en charge vétérinaire. Il faut faire la différence entre le chagrin, l’ennui et une réelle dépression qui nécessite un traitement médical. Il faut également porter une attention particulière aux animaux âgés car la soumission à un stress de longue durée peut entraîner une dégradation de leur état de santé.

Que faut-il faire ?

deuil d’un animal : que faire avec les autres animauxLe laisser faire son deuil à son rythme sous une surveillance bienveillante.

  • Être présent sans excès. Le câliner aussi souvent qu’avant mais en sachant se retirer si le chien prend de la distance.
  • Laisser en place les rituels établis (temps de jeu, promenade) et ne pas en rajouter car l’animal va sentir que quelque chose ne va pas.
  • Conserver le cadre. On peut autoriser quelques écarts mais pas d’installation définitive sur le canapé si ça n’était pas autorisé avant.
  • Le stimuler avec patience et bienveillance pour l’occuper physiquement et mentalement.
  • Lui donner du plaisir avec les activités qu’il aime particulièrement pour l’aider à retrouver son entrain.

Ce qu’il ne faut pas faire

Il faut essayer de ne pas trop changer les habitudes de vie. Dans « Mon chien s’ennuie », aux éditions Eyrolles, les vétérinaires comportementalistes Edith Beaumont-Graff et Nicolas Massal précisent :

 » Les activités ne sont plus les mêmes, la manière dont le maître communique avec son chien est elle-même modifiée. Le maître cherche du réconfort auprès de son chien tout en essayant de le consoler en lui prodiguant plus de caresses et d’attentions que d’habitude. Les règles qui régissaient la vie du chien deviennent plus souples ou se volatilisent : il est autorisé à aller dans la chambre, sur le canapé, …Autant de changements qui modifient le cadre de vie de notre animal et ajoutent à son anxiété. »

À cause du stress, l’animal peut enclencher des comportements un peu destructeurs. Il est tentant de le punir ou l’isoler dans une pièce à part. Cela va le rendre encore plus anxieux et il risque de paniquer devant cette situation inhabituelle. Il vaut mieux faire preuve de compréhension, d’un peu de douceur et lui parler, lui expliquer que vous comprenez sa détresse car elle est très proche de la vôtre.

Ce n’est pas non plus une bonne idée de tout lui permettre car le cadre établi va voler en éclat et revenir aux anciennes habitudes sera encore plus difficile.

Prendre un nouvel animal n’est pas recommandé ni pour vous, ni pour lui.

Lire l’article Comment faire le deuil de votre chien où j’explique le « syndrome du chien de remplacement »

N’hésitez pas à demander de l’aide à des professionnels

  • Votre vétérinaire qui pourra vous indiquer un traitement médicamenteux provisoire (phéromone ou anxiolytique léger) qui pourra le rassurer.
  • Un comportementaliste qui pourra vous conseiller une thérapie comportementale à mettre en place parallèlement au traitement
  • Un spécialiste du deuil animalier qui pourra vous aider vous et votre animal à traverser cette période difficile grâce à des soins énergétiques, des fleurs de Bach et la communication animale

Dispositif d’accompagnement deuil animal 

Professionnel du soutien deuil 

Les aides proposées 

La communication animale

SOS Bulle d’Amour organise également des groupes de parole gratuits dans lesquels vous pouvez échanger et partager avec d’autres personnes dans la même situation

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

 

Et surtout… n’oubliez pas de beaucoup les caresser, les câliner, d’être très présent et de continuer à faire tout ce que vous aviez l’habitude de faire ensemble. Et de leur parler…

AUTRES ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Comment faire le deuil de votre animal domestique

Comment dépasser la mort de votre animal de compagnie

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.