Archives par étiquette : deuil

deuil de votre animal : besoin d'en parler

Deuil de votre animal de compagnie : groupe de parole du 19 juillet 2018

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent : la seule condition est de vous y inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

Groupes de parole autour de la mort, l'euthanasie et le deuil de l'animal de compagnie

             Fondation pour le développement du bien-être animal

Le prochain groupe a lieu le Jeudi 19 JUILLET 2018 de 18H à 19H

Sur le thème du deuil, pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil : qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil : « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi ; des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer ; je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin ; comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité : « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie ; je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort ; je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison ;  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade ; J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant ; je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal : « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ; j’aurais l’impression de trahir celui qui est parti ; je ne veux plus souffrir »

surmonter la mort de l'animal et faire le travail de deuil

            L’homme est un animal qui a la faculté de penser quelquefois à la mort.                   Jules Renard

ANIMATION

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

Renseignements  

Inscription

Deuil animal : quelle fleur de Bach peut vous aider

Deuil animal : quelle fleur de Bach peut vous aider (Réponse)

Vous avez été très nombreux à m’envoyer des réponses et très rapidement. Je peux constater que mes articles sont lus et ça me fait très plaisir.

Etant donné justement le nombre de réponses, je ne peux vous répondre individuellement, sauf à la personne qui a été la première à donner LA BONNE RÉPONSE.

Je vous avais donné deux indices, la citation du Docteur Bach mais aussi la photo de la fleur.

 

Il s’agissait de Sweet Chestnut.

La majorité d’entre vous a répondu Star of Béthléem, ce qui pourrait être juste si nous étions dans la phase de choc du deuil, quand on vient d’apprendre la nouvelle, qu’on est en état de sidération mais Sweet Chestnut est la fleur de la dépression.

Alors bien sûr, vous savez qu’on peut associer plusieurs fleurs et faire des mélanges et certainement je conseillerai un mélange de ces deux fleurs pour une personne qui viendrait me consulter tout de suite après la mort de son animal car j’anticiperai la phase de dépression.

Je vous remercie de votre participation et je vous dis à bientôt pour une nouvelle énigme.

A LIRE EGALEMENT

Comment dépasser la mort de votre animal domestique

Comment dépasser la mort de votre chat

Comment dépasser la mort de votre chien

Comment dépasser la mort de votre cheval

 

Deuil animal : quelle fleur de Bach peut vous aider

La perte de votre animal de compagnie peut vous plonger dans un état proche de la dépression. Une des 38 fleurs élaborées par le Docteur Bach peut vous aider à retrouver un état d’être plus serein et vous permettre de reprendre gout à la vie sans pour autant oublier votre compagnon disparu.

Mais laquelle ?

Deuil animal : quelle fleur de Bach peut vous aider

 

Phase de dépression du deuil

Cette période où vous pouvez vous retrouver dans un état d’abattement profond est appelée la phase de dépression. Cette phase est essentiellement marquée par la souffrance. Le choc du décès passé, vous prenez réellement conscience de la perte et vous vous retrouvez dans un état émotionnel intense (tristesse, sentiment de vide, insomnie, fatigue …)
Cet abattement s’accompagne d’un sentiment de solitude et de l’impression que l’avenir est sombre. Il n’y a plus d’hier, il n’y a plus demain, seulement un présent sans espoir. Vous êtes dépassée par l’intensité de la douleur. Vous avez l’impression d’être vide et au bout du rouleau voire que votre vie est complètement détruite.

La fleur de Bach pour cette situation

Nous savons que les fleurs de Bach agissent principalement sur les états émotionnels et chacune d’elle correspond à un état d’esprit particulier.
Celle qui peut vous aider dans cet état d’abattement et de désespoir, va permettre de soulager la souffrance. Elle va favoriser le contrôle de vos émotions pour vous permettre de rebondir de vous ouvrir à la lumière et de renaitre.
Les circonstances extérieures n’ont pas changé mais elles peuvent être affrontées calmement et l’esprit tranquille avec le sentiment d’être soutenu intérieurement.
L’état positif de cette fleur va vous redonner confiance en vous pour trouver la force de continuer à profiter de la vie même si votre animal n’est plus là pour vous accompagner.

Deuil animal : quelle fleur de Bach peut vous aider

Alors vous avez remarqué que je n’ai pas encore donné le nom de cette fleur et je ne le donnerai pas car cela va être à vous de le trouver.

Principe du jeu

SOS Bulle d’amour offre une communication animale gratuite à la première personne qui enverra le nom de cette fleur par le formulaire de contact suivant

SOS Bulle d’Amour

Petit indice :

Edward Bach décrivait cette fleur ainsi : « Elle est destinée à cet état d’âme douloureux où l’existence même de l’âme semble menacée, où le désespoir absolu fait croire que l’on est parvenu aux limites de son endurance. »

A LIRE EGALEMENT

Comment dépasser la mort de votre animal domestique

Comment dépasser la mort de votre chat

Comment dépasser la mort de votre chien

Comment dépasser la mort de votre cheval

 

Groupes de parole autour de la mort, l'euthanasie et le deuil de l'animal de compagnie

Calendrier 2ème Semestre 2018 des groupes de parole autour de la mort, l’euthanasie et le deuil de l’animal de compagnie

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent et autant de fois que vous le souhaitez : la seule condition est de vous inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

 

surmonter la mort de l'animal et faire le travail de deuil

L’homme est un animal qui a la faculté de penser quelquefois à la mort.        Jules Renard

Les groupes sur le thème de la mort ont lieu les premiers jeudis de chaque mois, c’est-à-dire sur le deuxième semestre 

  • Le jeudi 5 juillet 2018
  • Le jeudi 2 août 2018
  • Le jeudi 6 septembre 2018
  • Le jeudi 4 octobre 2018
  • Le jeudi 1 novembre 2018
  • Le jeudi 6 décembre 2018

groupe de parole autour de la mort de votre animal - comment affronter la mort de votre animal

Les vies des chiens sont trop courtes… c’est leur seule faute, vraiment (Agnès Sligh Turnbull)

Pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • La mort de votre animal dans des circonstances dramatiques : j’ai trouvé mon chat mort égorgé au fond de mon jardin ; mon chien a été tué par une voiture sous mes yeux ; mon cheval est mort dans un incendie …
  • La mort d’un animal jeune : qu’elles que soient les circonstances
  • Gérer la mort de l’animal dans l’environnement familial : comment l’annoncer ; l’absence pour les enfants, les autres animaux de la maison…
  • Les peurs devant la mort de son animal : je ne veux pas laisser sortir mon animal car j’ai peur qu’il lui arrive quelque chose
  • Comment se préparer à la mort de l’animal : dans le cas d’un animal âgé même s’il n’est pas malade ; dans l’urgence quand on vient de découvrir qu’il est gravement malade
  • L’accompagnement d’un animal mourant : que faut-il faire ; comment gérer notre impuissance devant la souffrance de l’animal qui va mourir…

Les groupes sur le thème de l’euthanasie, ont lieu les deuxièmes jeudis de chaque mois, c’est-à-dire sur le deuxième semestre 

  • Le jeudi 12 juillet 2018
  • Le jeudi 9 août 2018
  • Le jeudi 13 septembre 2018
  • Le jeudi 11 octobre 2018
  • Le jeudi 8 novembre 2018
  • Le jeudi 13 décembre 2018

groupe de parole autour de l'euthanasie de votre animal - accompagner jusqu'au bout votre animal

Les chiens laissent des empreintes de pattes dans nos cœurs

Pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • La prise de décision : les critères ; est-ce qu’on peut refuser et le laisser partir naturellement s’il ne souffre pas…
  • Les indications d’euthanasie : problèmes comportementaux ; agressivité
  • Les à-priori : « je n’ose pas demander au vétérinaire de l’euthanasier car j’ai peur qu’il pense que je veux m’en débarrasser ; je ne veux pas faire euthanasier mon animal quoi qu’il arrive, car je préfère qu’il meure de sa belle mort »…
  • Rester près de son animal lors de l’euthanasie : la culpabilité de ne pas pouvoir rester ; la peur d’y assister…

 

Les groupes sur le thème du deuil, ont lieu les troisièmes jeudis de chaque mois, c’est-à-dire sur le deuxième semestre 

  • Le jeudi 19 juillet 2018
  • Le jeudi 16 août 2018
  • Le jeudi 20 septembre 2018
  • Le jeudi 18 octobre 2018
  • Le jeudi 15 novembre 2018
  • Le jeudi 20 décembre 2018

groupe de parole autour du deuil de votre animal - comment faire le travail de deuil

La chose la plus difficile à supporter quand ils s’en vont, ces amis tranquilles, c’est qu’ils emportent avec eux tant d’années de nos propres vies.    John Galsworthy

Pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil : qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil : « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi ; des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer ; je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin ; comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité : « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie ; je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort ; je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison ;  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade ; J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant ; je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal : « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ;

 

ANIMATION

Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à élargir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Du plus loin qu’il m’en souvienne, je me suis toujours posé des questions

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

 

Renseignements  

Inscription

deuil de votre animal : besoin d'en parler

Groupe de parole autour du deuil de votre animal du 21 juin 2018

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent : la seule condition est de vous y inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

Groupes de parole autour de la mort, l'euthanasie et le deuil de l'animal de compagnie

             Fondation pour le développement du bien-être animal

Le prochain groupe a lieu le Jeudi 21 JUIN 2018 de 18H à 19H

Sur le thème du deuil, pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil : qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil : « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi ; des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer ; je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin ; comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité : « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie ; je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort ; je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison ;  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade ; J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant ; je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal : « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ; j’aurais l’impression de trahir celui qui est parti ; je ne veux plus souffrir »

surmonter la mort de l'animal et faire le travail de deuil

            L’homme est un animal qui a la faculté de penser quelquefois à la mort.                   Jules Renard

ANIMATION

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

Renseignements  

Inscription

Deuil animal : une occasion de transformation intérieure

Deuil animal : une occasion de transformation intérieure ?

Que ceux qui pensent que la vie s’arrête après la mort s’arrêtent là. Le travail de deuil peut être une vraie occasion de transformation intérieure. Faire la différence entre le deuil psychologique et le deuil spirituel me semble important. Quel autre deuil que celui de mon animal ai-je à faire au cours de cette expérience que me présente la vie et qu’en pensent les animaux ?

Deuil animal : une occasion de transformation intérieure

          Les animaux sont conscients de la continuité de leur existence au-delà de la mort                   P.Smith

Deuil psychologique et deuil spirituel

Il ne faut pas mélanger les deux chemins. Ils marchent main dans la main mais il y a le processus psychologique qui est malheureusement toujours long en tant que tel et le processus spirituel.
Le processus de deuil nous ramène au cœur du cœur de nous-mêmes. Et ce cœur du cœur de nous-mêmes, c’est aussi le lieu de l’esprit, de l’âme. C’est dans ce lieu que se fabrique tout le lien avec le disparu. C’est cela, l’enjeu et la finalité du deuil : créer le lien intérieur avec l’être décédé. C’est préserver ce lien, la souffrance en moins, au fil du temps avec l’être disparu.
Deuil animal : une occasion de transformation intérieure

Il existe d’autres dimensions, d’autres endroits, d’autres jeux à expérimenter.        Chanson de moineau

C’est aussi le lien qu’on rencontre dans la méditation. Quand notre esprit se pose, il va spontanément dans ce lieu à l’intérieur de nous-mêmes. Et là, il y a la possibilité dans le vécu du deuil de reconnaître ce lieu-là et de ne pas l’associer à la perte. Il y a ce lieu-là qui nous est amené par la perte mais la perte nous révèle quelque chose de ce lieu-là. La perte présente une occasion qu’on n’a jamais eue, c’est de découvrir à la fois l’être qu’on a perdu mais aussi soi-même. Le cœur du cœur de soi-même peut nous être révélé par ce processus douloureux mais qui, après plusieurs années peut être un lieu de quiétude où on rencontre l’être qu’on a perdu en paix. Donc deuil = oubli, il faut complètement oublier. Au contraire il vaut mieux accueillir le deuil comme une réalité et accompagner le processus du mieux qu’on peut pour pouvoir installer au fil des années cette présence précieuse à soi.
Il faut essayer de poser son esprit pour faciliter l’accès à cette dimension-là car ce n’est pas facile de poser son esprit alors qu’on est submergé par le chagrin, la détresse et le manque. Mais essayer de le faire autant qu’on peut, permet d’ouvrir notre cœur aux émotions qui se lèvent. Il faut essayer de les rencontrer telles qu’elles sont, ne pas chercher à transformer, ne pas chercher à s’opposer, laisser faire, laisser aller, laisser couler.
C’est pour moi la seule approche intérieure qui est nécessaire. Après, il y a tout ce qu’on peut faire pour l’autre. Se mettre en paix, si on considère qu’il y a une continuité de la conscience après la mort, invite l’autre à se mettre en paix.
On peut aussi mettre de la lumière et inviter l’âme à poursuivre son chemin et la laisser partir. Je suis dans la peine mais je te laisse partir. On peut être dans une peine terrible, un manque effroyable, vivre l’absence au jour le jour de façon tragique et en même temps, au fond de son cœur, dire à l’autre qu’il peut partir et continuer son chemin, qu’il peut rester en lien avec nous de façon subtile.

Quel autre travail de deuil ?

Le deuil engendre un processus qui remet en question le territoire de l’ego, c’est un processus de déstructuration et de restructuration de notre être. Pourquoi ne pas utiliser ce moment de fragilité et de remise en question, pour aller explorer plus en profondeur les mécanismes de l’ego et pousser la remise en question jusqu’à aller vers le deuil de l’ego lui-même.
Pourquoi ne pas utiliser ce temps du deuil afin d’avancer vers plus de générosité, plus d’éveil, plus de lucidité. Le processus du deuil peut alors devenir un processus spirituel.
Deuil animal : une occasion de transformation intérieure

            Dans le monde spirituel, les êtres rayonnent de félicité, de joie, de paix et sont reliés à tout

Approcher le deuil d’un point de vue spirituel signifie remettre le territoire de l’ego en question jusqu’à reconnaître ce qu’il voile, la nature de l’esprit.
L’égo nous conduit à croire et à nous identifier à quelque chose qui n’a pas l’existence qu’on lui donne. C’est là qu’est le cœur de nos souffrances, la cause de nos insatisfactions. Nous donnons une existence à ce qui ne l’est pas vraiment.
Nous sommes tellement fascinés par notre monde, qu’il nous semble être le seul monde possible. Nous oublions la réalité de l’autre et surtout la réalité de son impermanence. Nous vivons comme si nous et les autres avions toujours été là et le serons toujours, nous vivons dans l’illusion de l’éternité. L’idée de la mort, de la fin, du changement est insupportable au territoire de l’ego qui est fondé sur l’identification au solide, au figé, à une entité. La mort, la rupture, la perte viennent alors comme une agression. La perte entre dans notre monde et vient déstructurer notre territoire.
Sans cette présence de l’égo, notre esprit n’est ni limité ni entravé par quoi que ce soit, il est comparable à l’espace, à un ciel sans nuage. Cette vaste ouverture n’est pas un grand vide, mais elle regorge de qualités telles que la compassion, la clarté, la précision.

Qu’en pensent les animaux ?

Les animaux sont, comme les êtres humains, des entités conscientes qui animent une forme physique. Contrairement à beaucoup d’humains de notre société moderne, les animaux perçoivent parfaitement leur dimension spirituelle et regardent leurs enveloppes physiques comme des demeures passagères. De ce fait, ils acceptent la vie et la mort comme un cycle naturel et éternel.
« Représentons-nous le corps physique comme un vieux vêtement que nous enlevons et laissons derrière nous au moment où notre esprit passe le seuil de la mort. Comme l’exprimait un chat roux tigré : la mort, ce n’est pas grand-chose. Mais nous sommes parfois très attachés à nos vieux vêtements. » Jacquelyn Smith, auteure de Animal communication, our sacred connection.
Depuis que je communique avec les animaux, j’ai découvert que pour eux, la mort fait partie de la vie.
« Ils peuvent bien sûr souffrir de la perte d’un être aimé comme le font les hommes, ou être réticents à quitter leur corps à un certain moment ou dans certaines circonstances. Mais ils ne sont pas conditionnés socialement par les membres de leur espèce à regarder la mort physique comme une fin horrible ou quelque chose de redoutable. Ils savent que la mort est une transition vers un autre état d’être… » Déclare Pénélope Smith dans son livre « Les animaux ne meurent pas »
Toutefois la nature de la relation entre l’humain et l’animal peut compliquer ce processus naturel pour lui :
  • Un attachement excessif peut amener l’animal à s’accrocher même si ça devient très difficile car il sent que son gardien n’est pas prêt à le laisser partir.
« Au lieu de partir dans la dignité et la paix, compris et approuvés par leurs maîtres, ils se sentent parfois obligés de subir tous les traitement possibles et de tenir bon, malgré de terribles souffrances et un affaiblissement fatal. » dit encore Pénélope Smith.
  • Certains animaux peuvent aussi faire le choix de partir seuls d’une part pour ne pas causer de souffrances à leur entourage, d’autre part car ils ont besoin de se concentrer pour quitter leur corps. Se libérer du corps physique et dénouer certains liens énergétiques demande beaucoup d’énergie.
  • En général, ils ont besoin que l’entourage reste paisible et les manifestations émotionnelles intensives autour de leur fin de vie rend plus difficile le déplacement de l’esprit hors du corps. En général, les autres animaux sont des modèles de calme vigilant et de respect envers l’animal qui s’en va.
J’ai vu un troupeau de chèvre veiller pendant trois jours la dominante du troupeau. Elles faisaient cercle autour d’elle à une distance de trois mètres avec une attitude bienveillante et dans un calme religieux ce qui est un exploit pour des chèvres qui sont d’ordinaire beaucoup plus agitées.
Deuil animal : une occasion de transformation intérieure

Voir article SOS Bulle d’amour sur le rapport des animaux avec la mort

La question qui revient souvent dans les groupes de parole que j’anime est : comment sait-on quand le moment est venu ? Je parle bien sûr de la communication intuitive qui permet de suivre l’évolution de l’état et des sentiments éprouvés par l’animal lors de sa fin de vie. Cela rend le processus d’agonie beaucoup plus facile et fluide pour lui et pour ceux qui sont autour de lui.
Mais je dis aussi, pour l’avoir vécu personnellement, que les animaux peuvent nous envoyer des signes car ils ont l’intuition du moment où ils vont partir et savent le faire savoir.

Il n’y a pas de mode d’emploi sur la façon de mourir et chaque mort est unique. Mais, en tout état de cause, je pense que nos animaux, êtres de conscience et de lumière, méritent vraiment qu’on leur laisse la liberté de partir quand et comment ils veulent et qu’on les honore pour les remercier de nous avoir fait ce cadeau de venir partager nos vies.

Dispositif d’accompagnement deuil animal

Groupes de parole autour de la mort et du deuil

Professionnel du soutien deuil

Comment faire le deuil d’un animal domestique

 

SOS Bulle d'amour accompagnement deuil animal

Comment la sophrologie peut aider au deuil ?

Voici comment et pourquoi la sophrologie peut aider tout au long du processus de deuil.

Comment faire le deuil d’un animal domestique ?

Il est difficile de comprendre pourquoi les gens ne réalisent pas que les animaux domestiques sont des dons à l’humanité.
Linda Blair

La mort de l’animal qui partage votre vie est une grande épreuve. Elle est suivie du deuil, du latin « delere » qui veut dire « douleur ». C’est un passage obligé, plus ou moins long, vécu différemment selon les personnes, mais souvent douloureux. Il peut, s’il est mal géré, engendré un traumatisme dont les effets peuvent être la cause d’un déséquilibre de la santé à tous les niveaux.

Lire article sur le sujet du deuil

« Nous ne pouvons pas échapper à ce moment, mais il est en notre pouvoir de tout mettre en œuvre pour que cela se passe de la meilleure façon possible » déclare la Dr vétérinaire Von Allmen dans son livre « Quand l’animal s’en va ».
La sophrologie, parce qu’elle considère l’individu comme un tout, pourra apaiser la douleur et l’accompagner tout au long du processus.
Elle permettra, non pas de sauter les différentes étapes du deuil, mais de les traverser en puisant dans nos forces intérieures pour renforcer notre solidité.

Phase du choc ou déni

Comment la sophrologie peut aider au deuil« C’est fini » laisse la personne sans émotion apparente, sidérée. Puis vient le « ce n’est possible, je ne peux pas y croire ». Il ne faut pas penser que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante. Certaines personnes stagnent dans cet état de déni, de refuge et continue de faire comme si le cher disparu est toujours là.
Dans cette étape, la sophrologie va apporter au corps crispé, tétanisé par la nouvelle qu’il vient de recevoir le relâchement, l’apaisement nécessaire pour affronter la suite. En se concentrant sur sa respiration, elle va permettre de se recentrer sur soi : les battements cardiaques, la température corporelle… On utilise son corps pour se rattacher à la réalité.

Phase de colère

Comment la sophrologie peut aider au deuilDans l’étape suivante, les émotions prennent le dessus. La perte devient consciente. On est confronté à l’impossibilité d’un retour à la situation première. On doit faire le deuil, et passer par de nombreuses émotions, notamment la colère… « Face à l’incompréhension de l’autre, face au vétérinaire qui aurait pu faire encore un soin, face à son conjoint qui ne souffre pas (ou, du moins, il ne le montre pas !) précise Martine Golay Ramel, thérapeute du deuil.
La sophrologie va permettre l’expression de ces émotions violentes dans un cadre sécurisé. En utilisant la respiration, on va les expulser vers l’extérieur pour ne pas augmenter le sentiment de désespoir.

Phase de dépression

Comment la sophrologie peut aider au deuilPuis vient le moment de la tristesse et de la dépression. Le chagrin alterne avec la douleur. Cela peut même jusqu’à la désespérance. « Ce n’est pas juste, qu’est-ce que je vais devenir ?» C’est l’abandon de la lutte au cours de laquelle on peut avoir le sentiment d’avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. On n’a aucune visibilité sur ce qu’on peut faire. On agit au gré des circonstances.
La sophrologie est une excellente alternative aux antidépresseurs. Il faut parler, évacuer la culpabilité, récupérer l’élan vital et recommencer à apprécier les petites choses de la vie. Elle va permettre de redonner un sens à sa vie.

Phase d’acceptation

Comment la sophrologie peut aider au deuilEnfin, l’acceptation arrive. C’est le moment où on prend conscience que rien ne sera plus comme avant mais accepter ce changement, permet la reconstruction. Boris Cyrulnik dit que « le travail du deuil consiste à garder un lien avec l’être perdu en remaniant notre manière de l’aimer. » Dans cette étape, la sophrologie va permettre d’accepter le changement que la disparition provoque dans sa vie et de laisser émerger un nouveau moi en équilibre.

Chaque étape est importante et structurante. La sophrologie nous aide à les traverser et nous ramène à « la conscience en harmonie » en prenant en compte les difficultés liées au deuil sur tous les plans : physique, émotionnel, mental, voire spirituel.

Elle va permettre d’écouter son corps perturbé, d’apprivoiser l’absence et de demeurer semblable tout en étant différent.

Dispositif d’accompagnement deuil animal

Professionnel du soutien deuil

Les aides proposées

Groupes de parole autour de la mort et du deuil 

 

deuil de votre animal : besoin d'en parler

Groupe de parole autour du deuil de votre animal du 17 mai 2018

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent : la seule condition est de vous y inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

Groupes de parole autour de la mort, l'euthanasie et le deuil de l'animal de compagnie

             Fondation pour le développement du bien-être animal

Le prochain groupe a lieu le Jeudi 17 MAI 2018 de 18H à 19H

Sur le thème du deuil, pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil : qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil : « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi ; des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer ; je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin ; comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité : « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie ; je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort ; je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison ;  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade ; J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant ; je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal : « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ; j’aurais l’impression de trahir celui qui est parti ; je ne veux plus souffrir »
surmonter la mort de l'animal et faire le travail de deuil

            L’homme est un animal qui a la faculté de penser quelquefois à la mort.                   Jules Renard

ANIMATION

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

Renseignements  

Inscription

 

SOS Bulle d'amour accompagnement deuil animal

Cherche le pont de l’arc en ciel

Comment surmonter la mort de votre animal de compagnie, affronter le deuil qui suit ? Lisez cette très belle légende d’un auteur inconnu! Et si ce n’était pas une légende… Avoir la certitude de le retrouver un jour et qu’il sera là pour nous accueillir au moment de notre grand passage. Puissé-je vous faire partager ma certitude que c’est bien comme cela que ça se passe.

La légende du pont de l’arc en ciel

« Il y a là-bas un pont qui connecte le ciel et la terre, on l’appelle le Pont de l’Arc-en-ciel »

Dans cette partie du Paradis existe un endroit nommé Pont de l’Arc-en-ciel.

Lorsque meurt un animal de compagnie, il se rend dans ce pays qui connecte le Ciel avec la Terre.

La légende du pont arc en cielOn y retrouve là-bas, prairies ondoyantes, paisibles collines et vallées luxuriantes et tous les amis à quatre pattes qui y sont réunis peuvent y courir et s’amuser ensemble.

Ils peuvent enfin y creuser tous les trous qu’ils désirent, courir dans de jolies plates-bandes, se rouler dans de généreux marais, bref toutes les interdictions terrestres n’y font plus loi.

Dans cette contrée lointaine abonde eau, nourriture et soleil, et tous nos amis y sont confortables et bien au chaud, à moins que l’on ne décide d’aller courir un peu dans les hautes montagnes coiffées de neiges éternelles.

La légende du pont arc en cielCeux qui étaient malades ou trop vieux ont recouvré ici santé et vigueur; ceux qui étaient blessés ou infirmes sont devenus sains et forts, ceux qui étaient abandonnés, négligés ou maltraités ont enfin trouvé chaleur et réconfort.

Les animaux sont heureux et en paix, mais pour un grand nombre d’entre eux, il manque quelque chose de précieux à leur cœur.

 

La légende du pont arc en cielIls ont perdu quelqu’un de très spécial qu’ils aimeraient tellement avoir de nouveau à leurs côtés.

Des jours de bonheur se coulent donc doucement dans d’interminables jeux et courses folles à l’intérieur de cette grande meute pacifique.

 

La légende du pont arc en cielMais un jour, arrivera le temps ou l’un d’eux s’arrêtera soudainement, tous ses sens se tiendront aux aguets.

Ses yeux perçants miroiteront de mille feux, ses oreilles attentives se dresseront tels des miradors, son corps frénétique palpitera de toutes parts.

L’élu commencera à courir hors du groupe, volant au-dessus des verts pâturages, traversant les larges rivières, ses pattes le portant de plus en plus vite, de plus en plus haut.

Ça y est, vous le voyez courir vers vous dans ce point de lumière au bout du tunnel… en toute fidélité votre chien vous a repéré entre tous et il est venu à cette ultime rencontre.

Vous souriez !

Enfin, vous vous retrouvez ensemble, ses joyeux bisous d’antan pleuvant de partout sur votre visage, vos mains pouvant à nouveau caresser son cou, son flanc, sa tête, vous pouvez enfin plonger votre regard dans les yeux confiants et aimants de votre chien.

Plus rien ne pourra dorénavant vous séparer, vous serez à jamais réunis.

Ainsi vous traverserez ensemble le Pont de l’Arc-en-ciel… »

La légende du pont arc en ciel

 

Cette lecture vous a convaincu mais il n’en reste pas moins que les effets du deuil se font ressentir, allez sur le site de SOS Bulle d’Amour consulter les articles écrits sur le sujet dans lesquels vous trouverez quelques conseils pour alléger votre peine et venez participer aux groupes de parole gratuits pour partager avec d’autres personnes qui vivent la même situation que vous.

Comment dépasser la mort de votre animal de compagnie

Comment faire le deuil d’un animal domestique

 

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

Deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux ?

De plus en plus, la gente humaine est obligée de se rendre à l’évidence et d’admettre que les animaux, sauvages ou domestiques, éprouvent des sentiments et plus particulièrement lors de la mort d’un de leurs congénères. Outre le deuil que vous allez devoir vivre vous-même, il va falloir prendre en charge celui des autres animaux de la maison.

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

Les animaux ont une meilleure attitude envers la vie et la mort que nous. Ils savent quand leur temps est venu. Nous sommes ceux qui souffrent quand ils meurent, mais c’est une sorte de chagrin de guérison qui nous permet de traiter d’autres douleurs qui ne sont pas si faciles à gérer.                                       Emmylou Harris

La compréhension de la mort chez les animaux

Lorsqu’une mort se produit dans la société humaine, des rites sont organisés, différents selon les civilisations et les cultures mais ils ont en commun le recueillement et l’hommage au disparu. Cette attitude n’est pas réservée au genre Humain. Les animaux aussi font leur deuil…

Les comportements des animaux face à la mort d’un des leurs

Des témoignages de plus en plus nombreux sur le comportement des animaux nous permettent de constater qu’ils sont troublés, voire bouleversés par la mort d’un de leur proche et qu’ils expriment le chagrin.

Certains chercheurs commencent à penser qu’on a largement sous-estimé la compréhension qu’ont les animaux du passage de la vie à la mort.

deuil d’un animal : que faire avec les autres animauxLa revue scientifique américaine « Current Biology » a publié deux études sur la réaction de chimpanzés au décès d’un proche. Les grands singes ont des comportements assez proches de ceux des humains, dont une phase de deuil.

Un des auteurs, James Anderson de l’Université de Stirling en Ecosse déclare : « Nos observations de la façon dont les chimpanzés réagissent à l’agonie ou au décès d’un compagnon indiquent que leur conscience de la mort est probablement bien plus développée qu’on ne l’imagine.»

Il relate également le comportement de chimpanzés qu’il a pu observer dans un zoo au moment de la mort d’une femelle âgée :

« Dans les jours qui ont précédé le décès de Pansy, les autres étaient très attentifs à elle, ils restaient près d’elle et la toilettaient. Ils ont même changé leurs habitudes pour venir dormir à ses côtés. Un peu comme s’ils la soutenaient, comme le feraient des gens en réarrangeant leur quotidien pour pouvoir être au chevet d’une personne en phase terminale. Au moment de sa mort, on aurait dit qu’ils testaient les signes vitaux de Pansy : en la secouant, en inspectant son visage ou en lui soulevant la tête, poursuit le chercheur. Et puis, après une ou deux minutes, c’était comme s’ils étaient arrivés à la décision collective qu’elle était morte.»

Dans les jours qui ont suivis, les singes sont apparus beaucoup plus réservés qu’habituellement et ont réduit notablement leur alimentation.

De nombreux articles ont également traité du comportement des éléphants. Tout le monde connaît l’histoire d’Eleanor, une femelle dominante d’un troupeau dans un parc national du Kenya.

Eleanor, agonisa de longues heures en présence d’une autre femelle prénommée Grace. Celle-ci, barrit et essaya de la lever toute la journée avec ses défenses. Eleanor mourut au petit matin et Maui, une autre femelle, s’approcha d’elle et l’examina en la secouant. Pendant une semaine, les bébés d’Eleanor et les autres femelles du troupeau vinrent à ses côtés et continuèrent même à venir se recueillir sur les lieux une fois le cadavre retiré par les gardiens du parc.
Les mères bonobos gardent longtemps leur bébé dans leurs bras après leur mort. Elles le veillent tandis que les mâles se battent pour protéger le corps des prédateurs. Les babouins ont la même réaction. Une mère a même  porté son bébé mort pendant 68 jours.

deuil d’un animal : que faire avec les autres animauxEn 2007, un biologiste marin à l’Institut de recherche Tethys de Milan, Joan Gonzalvo observe un grand dauphin femelle, visiblement en détresse. À contre-courant, elle pousse de son rostre un nouveau-né, vraisemblablement le sien. Il est mort. Au deuxième jour, la femelle n’a pas abandonné son petit. Elle commence à inquiéter J. Gonzalvo et ses collègues, car elle ne s’alimente pas normalement, ce qui est risqué pour sa santé, car les dauphins ont un métabolisme élevé. Joan Gonzalvo décide de ne pas récupérer le corps du petit pour effectuer une autopsie, comme il le fait d’habitude pour ses recherches.

« Je ne suis pas intervenu par respect », a-t-il raconté. « Nous avons été les témoins privilégiés de ce lien évident qui unit les mères et leurs petits chez les grands dauphins. Je les étudie depuis plus de dix ans et il était beaucoup plus intéressant pour moi d’observer ce comportement naturel que de l’interrompre en interférant de façon abrupte et en troublant cette mère visiblement plongée dans un grand désarroi. Selon moi, elle était en train de faire le deuil de son enfant. »

Nos animaux de compagnie ne sont pas en reste, en témoigne l’histoire de ce chien au Japon, habitué à accompagner son maître à la gare tous les matins et à venir le rechercher tous les soirs. Il a continué à effectuer le trajet même après la mort de son propriétaire… revenant seul tous les soirs à la maison.

Personnellement j’ai connu une chatte qui a hanté en miaulant toutes les pièces de la maison pendant des mois pour chercher notre chien décédé, Boule, son compagnon et ami depuis 15 ans. Comme j’en parlais à tout le monde, une amie m’a raconté que son lapin avait eu le même comportement à la mort de son amie la chatte.

Une enquête réalisée auprès de 153 vétérinaires américains révèle que les chiens adoptent des comportements particuliers lors de l’euthanasie d’un de leurs congénères. Agitation, aboiements, silence… auraient-ils conscience que leur compagnon est mort ?

Nombre d’histoires de ce type, rapportées ces dernières années sur des animaux variés – cétacés, grands singes, éléphants et quantités d’autres espèces allant des animaux d’élevage à ceux de compagnie –, témoignent de comportements altérés en réaction à la mort d’un proche et soulèvent la question du deuil chez les animaux.

Les rituels de deuil chez les animaux

Les animaux pratiquent-ils des rituels funéraires ? Ces deux vidéos nous autorisent à nous poser la question.

Ces pies nous montrent comment elles disent adieu à leurs morts

Selon Marc Bekoff, chercheur de l’Université de Washington (Etats-Unis), « Nous ne pouvons pas savoir ce qu’elles ressentent ou pensent mais à la lecture de ses actions il n’y a aucune raison pour ne pas croire à un dernier adieu entre ces pies et leur congénère ».

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

Ressentent-ils vraiment de la douleur face à la mort de leur ami ? Ou sont-ils seulement perturbée par le fait de ne plus le voir bouger ? Depuis deux siècles, les scientifiques débattent avec vigueur de l’aptitude des animaux à exprimer des émotions autres que celles associées au soin parental, à la survie ou à la reproduction. La réponse est peut-être dans cette vidéo.

L’adieu émouvant des ânes à leur ami décédé

COMMENT LES AIDER

Voilà le constat est fait : les animaux sont affectés autant que nous par la disparition d’un être de leur entourage. Selon l’espèce, les émotions peuvent être exprimées de manière différente.

Par exemple, les chiens ont une grande faculté d’adaptation et ont tendance à vivre davantage dans le moment présent. Il est donc possible que le départ de son compagnon de route ne déclenche chez lui aucune modification comportementale. Par contre, le sentiment de tristesse est moins évident à déceler chez certains animaux comme un poisson rouge ou certains rongeurs. Il faut attacher une attention particulière aux chevaux qui vivent en troupeau quand le dominant disparaît. C’est lui qui assure la sécurité du groupe et le problème lié à sa disparition va au-delà du stress émotionnel.

Il faut également tenir compte que, comme les êtres humains, ils seront d’autant plus touchés si la relation avec l’animal était intense et profonde.

Maintenant que peut-on faire pour les aider ?

Tout d’abord, observer ce qui se passe

S’il y a changement de comportement, il faut en identifier la cause. Est-ce le fait d’être seul, de ne plus avoir de compagnon de jeu ou tout simplement un changement de routine qui, d’ailleurs, est parfois initié par le maitre lui-même. Il veut trop en faire pour consoler l’animal en deuil et instaure de trop grandes modifications dans le mode de vie de la maison.

Les manifestations principales du deuil chez un animal sont le manque d’énergie, un désintérêt des activités appréciées auparavant, une perte d’appétit, des modifications dans le sommeil et troubles de comportement (plainte, léchage, énurésie…)

Ce comportement dépressif de l’animal peut durer plusieurs semaines après l’évènement douloureux, mais s’il perdure, il faut envisager une prise en charge vétérinaire. Il faut faire la différence entre le chagrin, l’ennui et une réelle dépression qui nécessite un traitement médical. Il faut également porter une attention particulière aux animaux âgés car la soumission à un stress de longue durée peut entraîner une dégradation de leur état de santé.

Que faut-il faire ?

deuil d’un animal : que faire avec les autres animauxLe laisser faire son deuil à son rythme sous une surveillance bienveillante.

  • Être présent sans excès. Le câliner aussi souvent qu’avant mais en sachant se retirer si le chien prend de la distance.
  • Laisser en place les rituels établis (temps de jeu, promenade) et ne pas en rajouter car l’animal va sentir que quelque chose ne va pas.
  • Conserver le cadre. On peut autoriser quelques écarts mais pas d’installation définitive sur le canapé si ça n’était pas autorisé avant.
  • Le stimuler avec patience et bienveillance pour l’occuper physiquement et mentalement.
  • Lui donner du plaisir avec les activités qu’il aime particulièrement pour l’aider à retrouver son entrain.

Ce qu’il ne faut pas faire

Il faut essayer de ne pas trop changer les habitudes de vie. Dans « Mon chien s’ennuie », aux éditions Eyrolles, les vétérinaires comportementalistes Edith Beaumont-Graff et Nicolas Massal précisent :

 » Les activités ne sont plus les mêmes, la manière dont le maître communique avec son chien est elle-même modifiée. Le maître cherche du réconfort auprès de son chien tout en essayant de le consoler en lui prodiguant plus de caresses et d’attentions que d’habitude. Les règles qui régissaient la vie du chien deviennent plus souples ou se volatilisent : il est autorisé à aller dans la chambre, sur le canapé, …Autant de changements qui modifient le cadre de vie de notre animal et ajoutent à son anxiété. »

À cause du stress, l’animal peut enclencher des comportements un peu destructeurs. Il est tentant de le punir ou l’isoler dans une pièce à part. Cela va le rendre encore plus anxieux et il risque de paniquer devant cette situation inhabituelle. Il vaut mieux faire preuve de compréhension, d’un peu de douceur et lui parler, lui expliquer que vous comprenez sa détresse car elle est très proche de la vôtre.

Ce n’est pas non plus une bonne idée de tout lui permettre car le cadre établi va voler en éclat et revenir aux anciennes habitudes sera encore plus difficile.

Prendre un nouvel animal n’est pas recommandé ni pour vous, ni pour lui.

Lire l’article Comment faire le deuil de votre chien où j’explique le « syndrome du chien de remplacement »

N’hésitez pas à demander de l’aide à des professionnels

  • Votre vétérinaire qui pourra vous indiquer un traitement médicamenteux provisoire (phéromone ou anxiolytique léger) qui pourra le rassurer.
  • Un comportementaliste qui pourra vous conseiller une thérapie comportementale à mettre en place parallèlement au traitement
  • Un spécialiste du deuil animalier qui pourra vous aider vous et votre animal à traverser cette période difficile grâce à des soins énergétiques, des fleurs de Bach et la communication animale

Dispositif d’accompagnement deuil animal 

Professionnel du soutien deuil 

Les aides proposées 

La communication animale

SOS Bulle d’Amour organise également des groupes de parole gratuits dans lesquels vous pouvez échanger et partager avec d’autres personnes dans la même situation

deuil d’un animal : que faire avec les autres animaux

 

Et surtout… n’oubliez pas de beaucoup les caresser, les câliner, d’être très présent et de continuer à faire tout ce que vous aviez l’habitude de faire ensemble. Et de leur parler…

AUTRES ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Comment faire le deuil de votre animal domestique

Comment dépasser la mort de votre animal de compagnie