Archives mensuelles : juillet 2017

L’euthanasie : quelle réglementation ? Les animaux dangereux

Il semblerait qu’il n’existe pas de législation propre à l’euthanasie des animaux mais en croisant les différents textes existants, on arrive à trouver les principaux éléments sur le sujet.

Seule la profession vétérinaire a le droit de mettre fin à la vie des animaux. Or, l’euthanasie d’un animal en bonne santé constitue un crime. Le fait de tuer un animal sans aucune raison est un crime puni par le code pénal (article 521-1 du Code Pénal). Ainsi, un vétérinaire devrait refuser une euthanasie demandée par les propriétaires si d’autres alternatives existent. L’euthanasie devient légale dans des circonstances précises.

Le cas des animaux dangereux rentre dans le cadre de l’euthanasie légale mais ce n’est aussi simple.

Voici le texte de l’article L211-11 du code rural et de la pêche maritime qui fixe les conditions dans lesquelles l’euthanasie peut être réalisée.

I Si un animal est susceptible, compte tenu des modalités de sa garde, de présenter un danger pour les personnes ou les animaux domestiques, le maire ou, à défaut, le préfet peut prescrire à son propriétaire ou à son détenteur de prendre des mesures de nature à prévenir le danger. Il peut à ce titre, à la suite de l’évaluation comportementale d’un chien réalisée en application de l’article L. 211-14-1, imposer à son propriétaire ou à son détenteur de suivre la formation et d’obtenir l’attestation d’aptitude prévue au I de l’article L. 211-13-1.

En cas d’inexécution, par le propriétaire ou le détenteur de l’animal, des mesures prescrites, le maire peut, par arrêté, placer l’animal dans un lieu de dépôt adapté à l’accueil et à la garde de celui-ci.

Si, à l’issue d’un délai franc de garde de huit jours ouvrés, le propriétaire ou le détenteur ne présente pas toutes les garanties quant à l’application des mesures prescrites, le maire autorise le gestionnaire du lieu de dépôt, après avis d’un vétérinaire désigné par le préfet, soit à faire procéder à l’euthanasie de l’animal, soit à en disposer dans les conditions prévues au II de l’article L. 211-25.

Le propriétaire ou le détenteur de l’animal est invité à présenter ses observations avant la mise en œuvre des dispositions.

 II En cas de danger grave et immédiat pour les personnes ou les animaux domestiques, le maire ou à défaut le préfet peut ordonner par arrêté que l’animal soit placé dans un lieu de dépôt adapté à la garde de celui-ci et, le cas échéant, faire procéder à son euthanasie.

Est réputé présenter un danger grave et immédiat tout chien appartenant à une des catégories mentionnées à l’article L. 211-12, qui est détenu par une personne mentionnée à l’article L. 211-13 ou qui se trouve dans un lieu où sa présence est interdite par le I de l’article L. 211-16, ou qui circule sans être muselé et tenu en laisse dans les conditions prévues par le II du même article, ou dont le propriétaire ou le détenteur n’est pas titulaire de l’attestation d’aptitude prévue au I de l’article L. 211-13-1.

L’euthanasie peut intervenir sans délai, après avis d’un vétérinaire désigné par le préfet. Cet avis doit être donné au plus tard quarante-huit heures après le placement de l’animal. À défaut, l’avis est réputé favorable à l’euthanasie.

 III Les frais afférents aux opérations de capture, de transport de garde et d’euthanasie de l’animal sont intégralement et directement mis à la charge de son propriétaire ou de son détenteur.

 

Consultation des articles

L211-12

L211-13

L211-16

 

SOS Bulle d’Amour et l’euthanasie

Les moustiques : savez-vous qu’ils sont nécessaires ?

Ce n’est pas pour m’amuser que je fais un article sur les moustiques… quoique !

Je pourrais vous débiter la liste de tous les inconvénients qui résultent de la présence de ces petits animaux sur terre mais j’ai plutôt envie de vous montrer à quel point ils peuvent être étonnants :

  • En fait, nous sommes leur moyen de reproduction. Contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas pour se nourrir qu’ils boivent notre sang mais pour fabriquer d’autres moustiques qui viendront nous piquer à leur tour. Démoniaque, non ?
  • Non contents de nous piquer, ils jugent notre façon de nous habiller. Oui, ils préfèrent les gens habillés en noir (en fait, ils sont complètement miros, ils se repèrent aux changements de température et le noir absorbe la chaleur).
  • Vous avez remarqué, je pense, qu’ils arrivent à nous piquer à travers nos vêtements. Si nous voulons être sympas avec eux, pas de cotte de maille !!!!
  • Plus ils nous piquent, moins on s’en rend compte ! Il paraît que notre corps s’habitue…

Même si on les déteste et qu’on en rêve parfois (si, si, si certains soirs de canicule où on ne peut pas dormir sous la couette !!!), on va éviter de les exterminer. Ce serait une très mauvaise idée car ils sont un composant essentiel dans l’écosystème et la chaîne alimentaire. Des milliers d’oiseaux, de poissons et de reptiles se nourrissent de moustiques et ils jouent un rôle essentiel dans la pollinisation de certaines plantes. Donc, s’ils disparaissent… finis les oiseaux et les jolies fleurs, finie la vie telle qu’on la connaît et peut-être finis les êtres humains…

 

Pour finir un extrait du livre

« Perles de sagesse du monde animal » de  Dawn Baumann Brunke

 

C’est un moustique qui parle :

« Les humains ont souvent l’impression que tout le monde se trouve à l’extrémité de leurs doigts et qu’ils peuvent le manipuler comme bon leur semble. Nous servons à montrer à l’humanité que même quelque chose d’aussi petit qu’un moustique peut être incroyablement puissant. Cela peut vous irriter mais cela peut aussi vous inspirer, comme lorsque vous avez l’impression de ne pas vraiment compter dans le monde. Nous tentons de rappeler aux gens ce qu’est la vulnérabilité. »

 

Certains grands de ce monde feraient bien d’en prendre de la graine ! Parole de moustique !

BIENVENUE

Pensées animales : quand les animaux nous parlent (Alizée Fombuena)

Tous les amis des animaux connaissent l’amour inconditionnel que nous apportent nos petits compagnons.

Les gardiens entretiennent une relation privilégiée, complice et pleine de tendresse avec les animaux qui partagent leur vie, et chacun aimerait tant pouvoir communiquer de manière non verbale avec eux.

Qui n’a jamais désiré comprendre pleinement les animaux ? Savoir ce qu’ils pensent, s’ils sont heureux, connaître leurs pensées ? Et bien entendu à l’approche de leur dernier voyage, comment les accompagner aux mieux vers l’autre côté ?

À travers plus de 50 communications animales, découvrez de merveilleuses histoires d’amour et de respect profond entre des êtres humains et leurs animaux.

Dans cet ouvrage, Alizée vous partage quelques-unes des communications qu’elle a réalisées, ainsi que des témoignages très émouvants écrits par les gardiens.

Les pensées des animaux sont ici mises à l’honneur.

Grâce à l’échange intuitif, nous découvrons comment pensent les animaux. Ils nous enseignent la sagesse universelle à laquelle nous sommes tous connectés, ce qui en fait des êtres spirituels extraordinaires.

Un très beau livre sur la communication animale, qui parlera à tous ceux qui aiment les animaux.

 

Laissez-vous guider par la sagesse du peuple animal. 

 

BIENVENUE

La Communication Intuitive : l’avant et l’après

Bonjour,

Nouvelle sur le site, je souhaite partager mon vécu, cela pourra peut-être aider certains d’entre vous…

J’ai eu plusieurs chats, qui sont partis un par un, aujourd’hui il me reste mon Tibou, qui semble être également sur le départ (17ans) et je me prépare à nouveau à subir cette épreuve…

Mais ce post n’est pas pour lui, je voudrais vous parler des autres, de mes compagnons poilus qui m’ont quittée,  et surtout de  » l’avant » et  » l’après » de la connaissance de la communication intuitive… car elle a révolutionné ces moments douloureux.

« Avant »,  lorsque j’étais confrontée au départ d’un de mes chats, confrontée à la maladie, puis à l’euthanasie, tout n’était que questions, culpabilité, qu’est ce qui est le mieux pour lui ? Qui suis-je pour décider de sa mort ? Le souhaite-t-il ? Suis-je lâche ? Ou suis-je courageuse ?

Et bien sûr je n’avais aucune réponse, et ça tournait, tournait encore et encore dans ma tête… et je faisais ce choix atroce de la piqure fatale, me rassurant en me disant  » il souffre,  je souffre de le voir souffrir, c’est mieux pour tout le monde ». Mais quand même, tout au fond de moi il y avait toujours ce petit doute que j’enfouissais profondément pour ne pas devenir folle, et cette pensée  » s’il avait pu me parler, qu’aurait-il dit ? »

Et puis il y a eu «  l’après« . J’ai eu connaissance de la communication intuitive dans une émission TV. On peut communiquer avec les animaux ??? C’est possible ??? Émerveillement… recherches à tout va sur internet,  rencontre avec Anna Evans lors d’un stage, re-émerveillement…

Et le jour est venu où mon Toto a dû être emmené d’urgence chez le véto. Résultats accablants, grosse infection interne tournant à la septicémie, trop tard pour faire quoi que ce soit… Toto était un chaton trouvé au bord d’une route, pattes arrières raides certainement dû à un choc sur la moelle épinière, il était donc incontinent, galopait sur 2 pattes avant sûres et 2 pattes arrières bringuebalantes, pissait partout, avait dû mal à déféquer, il m’a donné des sueurs froides car il faisait infection urinaire sur infection urinaire, m’a fait investir dans je ne sais plus combien d’alèses et de serpillières (lol), mais je l’adorais…

Mais revenons à ce triste jour chez le véto, 7 ans après l’avoir trouvé au bord d’une route… certes il était mourant, mais cette fois-ci je pouvais savoir ce qu’il souhaitait ! Cela change tout ! Bien sûr que la tristesse est là, bien sûr que les pleurs sont là, mais j’avais la possibilité de savoir ce qu’il ressentait, pensait, souhaitait. Exit les questions, la culpabilité, le remords, tout ce qu’on ressent quand on est seul face au choix. Je n’étais plus seule : Toto pouvait me guider. Je contacte donc une communicatrice (eh non, je ne sais pas faire moi-même, dommage…) et j’ai le soulagement d’avoir les réponses…

Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est de la joie que j’ai eue en entendant le discours de mon Toto. Et aucune hésitation dans ses « mots », aucun regret, beaucoup d’amour, et oui euthanasie car trop de souffrance, c’est ce qu’il voulait. Mais il voulait par-dessus tout partir dans mes bras, entouré de mon amour. Quand je suis arrivée chez le véto dans l’après-midi, ils m’ont amené Toto, il était très faible, je l’ai enroulé de mes bras comme il le souhaitait, et j’étais sereine, je pleurais mais bizarrement j’étais sereine…au moment de la piqure, il a levé la tête vers moi et m’a regardée droit dans les yeux. J’avais ma confirmation. J’ai fait selon son souhait. On était 2 et non plus seule avec moi-même.

Voilà mon témoignage… J’espère que cela vous aidera. Pour moi, la communication m’a radicalement aidée dans ces moments difficiles, psychologiquement et émotionnellement.

 

Caramelle (et Toto)

 

Pour répondre à Caramelle

Star of Béthléem : la fleur du chagrin et de la peine

Voilà la fleur que j’utiliserai le plus souvent pour vous venir en aide lors de la mort de votre animal !

C’est le recours lors des chocs corporels ou psychiques. Elle atténue l’effet du choc et stimule le processus d’auto-guérison du corps.

Certains de ces traumas se manifestent tout de suite par des phénomènes physiques et d’autres que des mois, voire des années après. C’est un fait reconnu que la plupart des maladies psychosomatiques ont leur origine dans un traumatisme énergétique non reconnu.

Il n’est donc pas question d’ignorer ou de refouler la souffrance causée par la perte de votre animal. Il vaut mieux éviter de se mettre à l’abri de ce qu’on ne veut pas ressentir en se refermant sur soi-même et en faisant « le mort ».

Mais avec l’aide de Star of Béthléem, vous allez pouvoir affronter votre peine et votre chagrin. Elle va vous permettre d’accepter la consolation et de retrouver une forme de libération et une grande paix intérieure. C’est le réconfort de l’âme.

 

Edward Bach disait de Star of Béthléem « qu’elle conforte l’âme et apaise la douleur ».

 

En savoir plus sur les fleurs de Bach

La perception de la mort chez l’animal

La plupart des êtres humains pensent que les animaux n’ont pas, de leur vivant, la conscience de la mort.

On peut alors se demander à quoi correspond l’attitude des grands mâles éléphants vieillissants qui quittent le troupeau quand ils sentent que leur fin approche et vont rejoindre le fameux cimetière des éléphants.

Les femelles « grands singes » qui continuent à s’occuper de leur enfant mort pendant des semaines attendent-elles d’avoir « fait le deuil » avant de s’en séparer ?

Comment expliquer l’attitude d’un troupeau de chèvres qui entoure leur congénère en train de mourir tout en maintenant une distance respectueuse ?

On ne peut regarder sans émotion cette vidéo où, dans une ville du Canada, des pies effectuent une sorte de rituel funéraire autour du cadavre d’une des leurs, morte sur une route.

Pour nous, humains, il est difficile de se dire que le monde va continuer à tourner sans nous. Qu’en est-il des animaux ? Ils vivent beaucoup plus dans l’instant que nous mais sont-ils capables de cette anticipation, de cette intuition que leur vie va bientôt se terminer.

Les éthologues estiment ne pas avoir suffisamment d’éléments pour explorer le niveau de conscience des animaux sur la mort.

Pour ma part, je pense que, pour certains d’entre eux du moins, cette conscience existe et des expériences récentes en communication animale renforce ma certitude qu’ils savent s’ils vont bientôt mourir ou non.

 

BIENVENUE

Information Reiki : Le manuel original de Reiki du docteur Mikao Usui

Le Dr Mikao Usui a développé le système Reiki et a fondé l’organisation originale japonaise du nom de « Usui Reiki Ryoho Gakkai’. Aussi, quoi de plus évident que de retourner à la documentation de base du Dr Usui ? Ce livre communique des informations détaillées sur la pratique des traitements de Reiki, tel que Mikao Usui l’a conçu et l’a enseigné.

Des explications claires concernant un grand nombre de problèmes et des indications précises quant aux possibilités de traitement. Arjava ajoute de très intéressants commentaires sur les différentes parties du corps et des mentions sur des modalités complémentaires actuelles.

 

L’auteur

Frank Arjava Petter est un Allemand, ancien disciple d’Osho. Il a enseigné le Reiki à Sapporo au Japon dans les années 90. Il a effectué de nombreuses recherches sur l’histoire du Reiki, et on lui doit entre autre la première traduction du mémorial Usui.

 

En savoir plus sur le Reiki

La colère : une des phases du deuil

Après la phase du déni qui intervient au début, dès l’annonce de la mort, la colère fait son apparition.

Elle part dans toutes les directions. Contre soi, contre celui qui est parti et qui nous a laissé seul, contre ceux qui sont impliqués dans sa mort, contre ceux qui restent en vie, contre la Vie qui nous prive l’être qu’on aime, contre Dieu.

La colère est un bon signe car elle signale qu’on a maintenant conscience de la perte de l’être cher et qu’elle permet d’accéder aux ressources intérieures qui nous permettent d’y faire face.

Il faut l’accueillir, la colère, sans se juger pour lui permettre de s’estomper rapidement.

Le docteur Usui, fondateur du Reiki, a laissé à ses élèves cinq principes de vie en leur demandant de les ajouter à leur pratique. Le deuxième principe est :

« Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère »

Si nous décidons de « travailler » notre colère, il faudra commencer par accepter que les causes résident en nous-mêmes et non dans les autres personnes.

Nous savons tous qu’il s’agit d’une émotion dangereuse et qu’il faut la manipuler avec attention à cause de son action « vénéneuse » à double tranchant. Conserver la colère peut nous détruire nous-même, la laisser exploser peut détruire quelqu’un qu’on aime.

Quelques suggestions pour « travailler » la colère :

1/ Prendre conscience de la colère. C’est simple : quand on se sent en colère, on dit à haute voix « Je suis en colère »

2/ Évacuer cette colère dès que possible en tapant sur un coussin, en criant dans la voiture si on est seul ou par tout autre moyen qu’on connaît ou qu’on préfère

3/ Chercher en soi et non à l’extérieur l’origine de cette colère

4/ Faire un plan pour corriger la situation qui a créé la colère

Seulement après toutes ces étapes, on peut se libérer de la colère et continuer sur le chemin de l’Amour.

Marcher seul dans une forêt ou le long d’une rivière, accorder nos pas à notre respiration est aussi un moyen très efficace de s’occuper de la colère, de la calmer.

« J’inspire, je reconnais mon sentiment. J’expire, je calme mon sentiment ».

Si vous pratiquez ainsi, votre sentiment se calmera et l’Énergie consciente vous aidera à voir la nature et les racines de la colère.

La pleine conscience vous aidera à vous concentrer et à regarder profondément. La compréhension viendra après un certain temps de pratique. Vous connaîtrez la vérité sur vous-même et sur la personne ou la situation qui est à l’origine de la souffrance. Cette compréhension vous libérera en transformant les racines de la colère qui était en vous.

En savoir plus sur le Reiki

Le chat et l’oiseau (Jacques Prévert)

Un village écoute désolé

Le chant d’un oiseau blessé

C’est le seul oiseau du village

Et c’est le seul chat du village

Qui l’a à moitié dévoré

 

Et l’oiseau cesse de chanter

Et le chat cesse de ronronner

Et de se lécher le museau

Et le village fait à l’oiseau

De merveilleuses funérailles

 

Et le chat qui est invité

Marche derrière le petit cercueil de paille

Où l’oiseau mort est allongé

Porté par une petite fille

Qui n’arrête pas de pleurer

Si j’avais su que cela te fasse tant de peine

Lui dit le chat

Je l’aurais mangé tout entier

Et puis je t’aurais raconté

Que je l’avais vu s’envoler

S’envoler jusqu’au bout du monde

Là-bas où c’est tellement loin

Que jamais on n’en revient

Tu aurais eu moins de chagrin

Simplement de la tristesse et des regrets

 

Il ne faut jamais faire les choses à moitié

 

BIENVENUE

 

Information Reiki : les Chakras

Ce sont des tourbillons d’énergie, des centres, des roues par lesquels notre corps échange de l’énergie avec l’extérieur.

Les chakras sont constitués d’éléments subtils, invisibles à l’œil physique. Chaque enveloppe ou corps éthérique, astral et mental possèdent ses propres chakras, d’essence et de composition particulière à leur plan, pour assumer les fonctions vitales, sensitives et intellectuelles qui rentrent dans l’élaboration permanente de l’être vivant.

Les trois nœuds ou Granthis en sanscrit sont là pour séparer les mondes visibles et invisibles et faire que la vie intrinsèque et inhérente à chaque plan ne puisse pas venir interférer de façon soudaine dans un autre plan.

Le premier se situe au Chakra Muladhara ou Racine

Le deuxième au Chakra Anahata ou Chakra coronal

Le troisième au Chakra Ajna ou Chakra frontal

Ces barrières protectrices subtiles servent également à empêcher l’énergie ascendante, celle venue de la base du corps de monter avant d’avoir été sublimée.

Un équilibre parfait préside à tout le système et sauf accident, il n’y a pas de danger à redouter. La Nature fait bien les choses dans tous les domaines. Chacun des 7 Chakras majeurs sont en rapport avec un plan cosmique spécifique : trois rayons régissent la tête et la gorge et quatre rayons régissent le corps physique.

Les chakras contrôlent la structure et l’activité du corps physique, de l’énergie vitale ainsi que les différents états de conscience. Tous les chakras sont connectés les uns avec les autres et fonctionnent en interdépendance.

Le Reiki permet d’effectuer un équilibrage des chakras lorsque l’un d’entre eux est en dysharmonie, c’est-à-dire qu’il est trop faible ou trop fort par rapport aux autres. L’état idéal de stabilité est atteint quand tous vos Chakra sont complètement équilibrés.

 

Comme l’homme, les animaux possèdent sept chakras majeurs situés à peu près au même endroit que les chakras du corps humain.

Tout ce qui provoque un blocage ou une perturbation dans le flux d’énergie subtile d’un ou de plusieurs Chakras peut conduire à la maladie. Les Chakras, en se bloquant, affecte la circulation de l’énergie dans l’animal et la maladie est généralement perçus dans les corps subtils avant qu’elle se manifeste dans le corps physique comme chez les humains

Il peut devenir nécessaire d’ouvrir, purifier et harmoniser les chakras des animaux pour que votre animal vive en bonne harmonie avec son environnement et utilise ses bonnes énergies.

En savoir plus sur le Reiki