Deuil et sophrologie

La mort d’un animal qui partage votre vie est une grande épreuve. Elle est suivie du deuil, du latin « delere » qui veut dire « douleur ». C’est un passage obligé, plus ou moins long,      vécu différemment selon les personnes, mais souvent douloureux. Il peut, s’il est mal géré, engendré un traumatisme dont les effets peuvent être la cause d’un déséquilibre de la santé à tous les niveaux. La sophrologie, parce qu’elle considère l’individu comme un tout, pourra apaiser la douleur et l’accompagner tout au long du processus.

Elle permettra, non pas de sauter les différentes étapes du deuil, mais de les traverser en puisant dans nos forces intérieures pour renforcer notre solidité.

Dans la première étape du choc et du déni, elle apportera à notre corps crispé, tétanisé par la nouvelle qu’il vient de recevoir le relâchement, l’apaisement nécessaire pour affronter la suite.

Dans l’étape suivante, la colère, les émotions prennent le dessus. Les larmes et la révolte sont le signe que la perte devient consciente. La sophrologie va permettre l’expression de ces émotions violentes dans un cadre sécurisé. En utilisant la respiration, on va les expulser vers l’extérieur.

Dans la troisième étape, celle du marchandage, faite de négociations et de chantages, elle va permettre d’exprimer les émotions négatives pour ne pas augmenter le sentiment de désespoir.

Puis vient le moment de la tristesse et de la dépression. Le chagrin alterne avec la douleur et la sophrologie peut être une alternative aux anti-dépresseurs. Il faut parler, évacuer la culpabilité, récupérer l’élan vital et recommencer à apprécier les petites choses de la vie. Elle va permettre de redonner un sens à sa vie.

Enfin, l’acceptation arrive. C’est le moment où on prend conscience que rien ne sera plus comme avant mais accepter ce changement, permet la reconstruction et la sophrologie permet de laisser émerger un nouveau moi en équilibre.

Chaque étape est importante et structurante. La sophrologie nous aide à les traverser et nous ramène à « la conscience en harmonie » en prenant en compte les difficultés liées au deuil sur tous les plans : physique, émotionnel, mental, voire spirituel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.