Archives par étiquette : chagrin

Groupe de parole autour du deuil de votre animal du 19 octobre 2017

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent : la seule condition est de vous y inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

 

Le prochain groupe a lieu le Jeudi 19 octobre 2017 de 18H à 19H

Sur le thème du deuil, pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil: qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil: « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi /  des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer / je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin / comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité: « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie / je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort / je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison, /  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade / J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant /  je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal: « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ; j’aurais l’impression de trahir celui qui est parti ; je ne veux plus souffrir »

 

 

ANIMATION

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

 

Renseignements

Inscription

 

Vous souhaitez aller plus loin ?

Cet article vous a plus ? Partagez-le

Vous souhaitez partager votre expérience avec nous ? N’hésitez pas à laisser un petit commentaire en dessous.

Groupe de parole autour du deuil de votre animal du 21 septembre 2017

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent : la seule condition est de vous y inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

 

Le prochain groupe a lieu le Jeudi 21 septembre 2017 de 18H à 19H

Sur le thème du deuil, pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil: qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil: « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi /  des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer / je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin / comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité: « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie / je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort / je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison, /  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade / J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant /  je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal: « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ; j’aurais l’impression de trahir celui qui est parti ; je ne veux plus souffrir »

 

ANIMATION

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

Renseignements

Inscription

Star of Béthléem : la fleur du chagrin et de la peine

Voilà la fleur que j’utiliserai le plus souvent pour vous venir en aide lors de la mort de votre animal !

C’est le recours lors des chocs corporels ou psychiques. Elle atténue l’effet du choc et stimule le processus d’auto-guérison du corps.

Certains de ces traumas se manifestent tout de suite par des phénomènes physiques et d’autres que des mois, voire des années après. C’est un fait reconnu que la plupart des maladies psychosomatiques ont leur origine dans un traumatisme énergétique non reconnu.

Il n’est donc pas question d’ignorer ou de refouler la souffrance causée par la perte de votre animal. Il vaut mieux éviter de se mettre à l’abri de ce qu’on ne veut pas ressentir en se refermant sur soi-même et en faisant « le mort ».

Mais avec l’aide de Star of Béthléem, vous allez pouvoir affronter votre peine et votre chagrin. Elle va vous permettre d’accepter la consolation et de retrouver une forme de libération et une grande paix intérieure. C’est le réconfort de l’âme.

 

Edward Bach disait de Star of Béthléem « qu’elle conforte l’âme et apaise la douleur ».

 

En savoir plus sur les fleurs de Bach

Groupe de parole autour du deuil de l’animal août 2017

Nos groupes de parole sont ouverts à tous et gratuits. Vous pouvez participer librement aux thèmes qui vous intéressent : la seule condition est de vous y inscrire au préalable. Ils représentent un espace d’écoute, d’ouverture et de partage, et fonctionnent selon des règles permettant de respecter cet esprit.

 

Le prochain groupe a lieu le Jeudi 17 Août 2017 de 18H à 19H

Sur le thème du deuil, pour toutes les personnes qui ont vécu des situations similaires à celles-ci :

  • Le travail de deuil: qu’est-ce que c’est ? comment s’y retrouver dans  les étapes du deuil
  • La difficulté du deuil: « je ne peux parler de mon animal mort à personne autour de moi /  des mois après, je ne peux pas parler de mon animal mort sans pleurer / je ne pensais pas que j’aurais autant de chagrin / comment affronter l’incompréhension de mon entourage qui ne comprend pas qu’on puisse avoir du chagrin pour un animal…
  • Culpabilité/responsabilité: « je ne me suis pas assez occupé de lui pendant sa maladie / je l’ai laissé en pension chez quelqu’un, il s’est senti abandonné et il est mort / je n’ai pas pu lui dire au-revoir pour x raison, /  je ne me rendais pas compte qu’il était si malade / J’ai dû faire euthanasier mon animal et je le regrette maintenant /  je n’ai pas pu rester auprès de lui et je me sens coupable ».
  • Reprendre un animal: « combien de temps après la mort du précédent ; je n’ai pas envie car j’ai peur d’oublier l’autre ; j’aurais l’impression de trahir celui qui est parti ; je ne veux plus souffrir »

ANIMATION

Françoise Moulins est sophrologue et formée à l’écoute active quelle a pratiqué professionnellement dans son métier de Conseillère. Elle accompagne bénévolement pendant trois ans des personnes en fin de vie en milieu hospitalier. Dans son association, elle initie en parallèle des groupes de parole pour accompagner le deuil d’êtres humains. Nourrie par un parcours personnel riche et fécond, elle aspire à offrir son soutien à d’autres personnes qui comme elle, ont vécu difficilement le deuil d’un animal aimé, ou sont dans la peine autour de la mort d’animaux.

Elle rencontre la Dr Anna Evans au cours des formations qu’elle anime dans le cadre de la Fondation qu’elle a créée au service du monde animal et un lien de confiance se noue : elles décident de créer ensemble un groupe de parole en ligne, facilitant ainsi les échanges entre des personnes éloignées ou se déplaçant difficilement. Ce service, offert gratuitement, a pour ambition d’apporter une chaleur humaine à ceux qui souffrent d’un deuil animalier, souvent dans l’isolement et l’incompréhension de leur entourage.

Nous vous souhaitons de belles rencontres !

Renseignements

Inscription

Le deuil spirituel

Aujourd’hui, j’aimerais  évoquer l’aspect spirituel du deuil… que ceux qui pensent que la vie s’arrête après la mort s’arrêtent là. En quoi, le travail de deuil peut-il être une vraie occasion de transformation intérieure ?

Le processus de deuil nous ramène au cœur du cœur de nous-mêmes. C’est vraiment le lieu où se fabrique tout le lien avec le disparu. C’est cela, la finalité du deuil : créer le lien intérieur avec l’être décédé. Et ce cœur du cœur de nous-mêmes, c’est aussi le lieu de l’esprit. Et tout l’enjeu du deuil, c’est de préserver ce lien, la souffrance en moins, au fil du temps avec l’être disparu.

C’est aussi le lien qu’on rencontre dans la méditation. Quand notre esprit se pose, il va spontanément dans ce lieu à l’intérieur de nous-mêmes. Et là, il y a la possibilité dans le vécu du deuil de reconnaître ce lieu-là et de ne pas l’associer à la perte. Il y a ce lieu-là qui nous est amené par la perte mais la perte nous révèle quelque chose de ce lieu-là. La perte présente une occasion qu’on n’a jamais eue, c’est de découvrir à la fois l’être qu’on a perdu mais aussi soi-même. Le cœur du cœur de soi-même peut nous être révélé par ce processus douloureux mais qui, après plusieurs années peut être un lieu de quiétude où on rencontre l’être qu’on a perdu en paix. Donc deuil = oubli, il faut complètement oublier. Au contraire il vaut mieux accueillir le deuil comme une réalité et accompagner le processus du mieux qu’on peut pour pouvoir installer au fil des années cette présence précieuse à soi.

Il faut essayer de poser son esprit pour faciliter l’accès à cette dimension-là.

Ce n’est pas facile de poser son esprit alors qu’on est submergé par le chagrin, la détresse et le manque. Mais essayer de le faire autant qu’on peut, permet d’ouvrir notre cœur aux émotions qui se lèvent. Il faut essayer de les rencontrer telles qu’elles sont, ne pas chercher à transformer, ne pas chercher à s’opposer, laisser faire, laisser aller, laisser couler.

C’est pour moi la seule approche intérieure qui est nécessaire. Après, il y a tout ce qu’on peut faire pour l’autre. Se mettre en paix, si on considère qu’il y a une continuité de la conscience après la mort, invite l’autre à se mettre en paix.

On peut aussi mettre de la lumière et inviter l’âme à poursuivre son chemin et la laisser partir. Je suis dans la peine mais je te laisse partir.

Il ne faut pas confondre le processus psychologique et le processus spirituel. On peut être dans une peine terrible, un manque terrible, vivre l’absence au jour le jour de façon terrible et en même temps, au fond de son cœur, dire à l’autre qu’il peut partir et continuer son chemin, qu’il peut rester en lien avec nous de façon subtile.

Mais il ne faut pas mélanger les deux chemins. Ils marchent main dans la main mais il y a le processus psychologique qui est malheureusement toujours long en tant que tel et le processus spirituel.

Mon expérience du processus psychologique