mort animal parcours spirituel

Mort animal : parcours spirituel. Quelle influence pourrait bien avoir la mort de mon chien ou de mon chat sur mon parcours spirituel ? Cet article va vous permettre au moins de vous poser la question.

Mort animal, parcours spirituel : mon expérience

mort animal : parcours spirituel

Le parcours spirituel est, en quelque sorte, un processus d’apprentissage de la vie. En tout cas, le mien l’est toujours. J’ai eu la chance d’entrer en contact très jeune avec des guides qui ont été pour moi des instructeurs de vie. Je pense aussi très fort à ceux que la tradition hindouiste appelle des « Upagourous » qui m’ont valu des prises de conscience parfois douloureuse mais souvent efficaces. Je parle ici de certains membres de ma famille (notamment mes enfants), de mes collègues  sur mon lieu de travail et toutes les autres personnes qui m’ont agacée, mise en colère en appuyant sur des boutons sur lesquels je n’osais pas appuyer moi-même.

Mais ceux que je remercie particulièrement, ce sont tous les animaux qui ont traversé ma vie, chiens, chats, chevaux, chèvres et dont la fréquentation m’a indiqué la voie de l’Amour. Grâce à eux, je vis maintenant en équilibre dans une certaine harmonie. Au moins, j’ai le sentiment d’être moi, d’avoir trouvé ma place et de savoir où je vais.

Mort animal, parcours spirituel : partage avec Pénélope Smith

Maintenant, pour illustrer le sujet, je veux partager avec vous un texte poétique écrit par Pénélope Smith et publié dans son livre « les animaux ne meurent pas ».

mort animal : parcours spirituel

Tout est tellement beau, tellement vrai sur terre, si nous choisissons d’en voir l’abondance, l’harmonie et l’enchantement sans limites. A nous d’en faire cette réalité magnifique, ou quelque chose de différent.

Les bois, les champs, l’océan, les lacs, les rivières et les fleuves crient tous leur joie de pousser et de couler. Regarde la magie. Ressens la grâce. Regarde l’harmonie qui renouvelle la vie et restaure la grâce, même dans la mort, l’agonie et la maladie.

Ne t’accroche pas à des formes immuables. Regarde la gloire des formes qui se dissolvent et se dissipent. Cesse de combattre les molécules mouvantes avec tes ordres, tes chaînes, tes larmes et tes cris : non, ce n’est pas possible.

Coule avec l’esprit qui change d’aspect en permanence. Regarde comme les fleurs sauvages fleurissent, meurent et offrent leur semence à la terre. Rien ne meurt ni ne s’efface vraiment. Tout se dissout dans l’unité et s’écoule dans une nouvelle mer, une nouvelle averse, un nouveau souffle de vent.

Fais couler tes propres larmes avec la marée. Ressens comme tu changes. Regarde comme l’esprit rit, et tel un magicien aveugle, transforme la mort, la désagrégation et la destruction en renaissance, en nouvelle croissance et en une création débordante d’harmonie.

Ne lutte pas contre le vent, mais tisse tes motifs en unité avec les arcs-en-ciel et la neige fondante, en nourrissant les sens et la terre qui pulse, qui respire et qui vit.

Sois le créateur, le tisserand, le magicien et le sorcier que tu es, que tu as toujours été et seras éternellement, même quand toi aussi, tu te dissoudras dans la lumière d’une magie sans fin.

À LIRE EGALEMENT

Ce que nous enseigne la mort d’un animal de compagnie

Se préparer à la mort d’un animal

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.