Accompagner l’animal en fin de vie

Accompagner l’animal en fin de vie

Accompagner la fin de vie d’animal lui permet de partir en paix mais cela demande d’être complètement à son écoute, d’identifier ses besoins et de le soulager du mieux que l’on peut. Mais comment faire ?

accompagner l’animal en fin de vie

 

Ce qu’il faut savoir

Tout d’abord quelques chiffres pour remettre la réalité en place. Lorsque qu’on adopte un animal, il faut savoir, admettre et accepter qu’ils aient une durée de vie inférieure à la nôtre et que, sauf accident, nous leur survivrons. Je suis étonnée depuis que j’anime ce dispositif d’accompagnement de constater les réactions des gens qui perdent un compagnon animal âgé, voire très âgé.

« Bien sûr, mon chien avait 18 ans, mais il allait bien, le vétérinaire n’a pas dû faire tout ce qu’il fallait… »

« Mon chat de 16 ans était très malade mais il ne souffrait pas et je ne m’attendais à ce qu’il parte déjà… »

Voilà des phrases que j’entends tous les jours. Alors, je vous le dis : les animaux sont comme les humains, ils meurent un jour. C’est le cycle de la vie. Et les vétérinaires ne sont pas des magiciens qui ont le pouvoir de prolonger indéfiniment la vie de nos animaux.

Il faut tenir également du fait qu’au sein d’une espèce ou d’une race la durée de vie moyenne peut varier en fonction de critères comme la taille, le poids et la qualité de vie.

Durée de vie moyenne

Aux deux extrémités de l’échelle, il y a les insectes, les tortues et les baleines.

Exception faite des reines (abeilles et fourmis) qui peuvent vivre jusqu’à 10/15 ans, la durée de vie des autres insectes va de 1 jour pour l’éphémère a guère plus d’une année.

Le record de longévité est détenu par les tortues terrestres géantes des Seychelles et des Galápagos qui peuvent atteindre 150 ans mais il n’est pas rare qu’une tortue d’élevage puisse aller jusqu’à 120 ans.

Pour les baleines, il n’est pas rare d’en voir certaines qui deviennent bicentenaires.

Mais revenons à nos chers animaux domestiques

Moins de 5 ans : petits rongeurs (rat, souris, hamster)

Entre 10 et 20 ans : chats, chiens, canaris, poules, poissons rouges, lapins

Si vous souhaitez passer un peu plus de temps avec vos compagnons, voyez du côté des équidés (cheval, âne) qui peuvent vivre environ 20 ou 30 ans, voire 30 ou 40 ans pour certains poneys.

Parmi les animaux domestiques, ceux qui battent tous les records font partie des nouveaux animaux de compagnie (NAC), serpents, gecko et tortues.

Les équivalences d’âge (animaux/humains)

La plupart de nos animaux domestiques deviennent rapidement adultes : ils ont une jeunesse beaucoup plus courte que celle des humains. Mais le rapport s’équilibre durant la maturité et la vieillesse.

accompagner l’animal en fin de vie

Tableau d’équivalence d’âge animaux/humains

Le seuil de sénescence est différent d’une espèce à l’autre, mais dans tous les cas le vieillissement entraîne une altération des fonctions métaboliques (absorption, digestion, excrétion…), des difficultés dans la mobilité et une résistance moins importantes aux agressions extérieures.  Il est donc important d’aider votre compagnon à bien vieillir.

accompagner l’animal en fin de vie

La mort n’est pas seulement la fin de la vie, elle en est le remède. Claude Tillier

Prévenir les conséquences du vieillissement

Bien s’occuper de son animal consiste à l’aider à franchir les différentes étapes de sa vie, en respectant sa nature et ses besoins, par conséquent à bien grandir et à bien vieillir. Cela nécessite un minimum d’attention de la part de leurs partenaires humains.

Prévenir les risques d’accident : Mettre hors de sa portée tout objet tentant avec lequel il pourrait se blesser, les produits ménagers et toxiques sans oublier certaines plantes d’appartement et/ou d’extérieur.

Respecter sa croissance : Veiller à lui donner une bonne alimentation en évitant tout excès ou carence. Lui éviter les efforts violents qui pourraient endommager ou favoriser des problèmes musculaires. Cela ne signifie pas qu’il faut  limiter les sorties. Découvrir le monde extérieur, côtoyer d’autres animaux et d’autres humains sont essentiel à une bonne socialisation.

Ne pas négliger soins et entretien : Brossage, entretien des dents, yeux, oreilles, coupe des griffes sont des actes de prévention essentiels sur lesquels il ne faut pas faire l’impasse. C’est à ce moment-là que vous pourrez détecter par exemple les problèmes de tiques, puces, et autres parasites de ce type. Penser à faire des visites vétérinaires régulières.

Bien gérer son alimentation : Que l’on opte pour une alimentation industrielle de qualité ou que l’on préfère une alimentation ménagère, il faut faire en sorte que l’animal conserve ce que l’on appelle son « poids de forme ». L’obésité ou l’embonpoint peuvent avoir de sérieuses conséquences sur la santé de l’animal et favoriser l’apparition de maladies. C’est l’espérance de vie l’animal qui risque de diminuer. Les friandises seront également distribuées à bon escient et de façon parcimonieuse.

Profiter de sa présence : Profitez de chaque instant avec lui. En rendant votre animal heureux, il aura d’autant plus envie de prolonger sa vie.

L’accompagner jusqu’au bout

Comment aider un animal perclus de rhumatismes, sourd, à moitié aveugle et incontinent. Il faut accepter d’avoir avec lui un autre mode de relation. Mais comment l’aider à traverser ce qui est aussi une épreuve pour lui ? Il faut savoir capter les signes qu’ils envoient, observer ses attitudes et ses comportements et préserver sa dignité,

Les signes du vieillissement

Physiques :

  • La qualité de son pelage se modifie et les poils blanchissent.
  • Il perd du poids ou il grossit. Il ne se nourrit plus de la même façon, il mange plus ou il mange moins. L’obésité est fréquente chez l’animal âgé par manque d’exercice.
  • Affaiblissement de la masse musculaire.

Comportementaux :

  • Il ne vous accueille plus quand vous arrivez ou ne répond pas à un ordre. Il se cogne aux meubles. Il a probablement des problèmes de vue et d’ouïe
  • Il n’a plus la même énergie. Il court moins, se fatigue plus vite, reste couché plus longtemps. Il éprouve de la difficulté à monter ou descendre les escaliers, à se lever, à sauter. Il boite. Il refuse les caresses ou les brossages vraisemblablement à cause de la douleur qu’elles provoquent.
  • Il reste les yeux dans le vague pendant de longues minutes. Il demande sans cesse à sortir et à rentrer. Il se perd sur un trajet familier. Il souffre de désorientation.
  • Il évite d’interagir ou il fait preuve d’une agressivité soudaine. Un animal âgé peut devenir agressif lorsqu’on veut le toucher pour anticiper la douleur.
  • Il a des cycles de sommeil perturbés. Il somnole le jour et s’agite la nuit.
  • Il a peur de rester seul. Il est plus méfiant avec certaines personnes et réagit aux bruits intempestifs.

Adapter vos comportements

accompagner l’animal en fin de vie« L’animal âgé devient physiquement moins endurant ; il peut aussi davantage souffrir de douleurs. Le maître doit s’adapter, prendre en compte les changements », explique le Dr Valérie Dramard. «  Mais pas question de laisser l’animal dans son coin ».

Vous devrez faire preuve de patience et de tolérance. Il n’est plus le jeune chien fringant qui vous suivait pas à pas. L’animal âgé a besoin d’affection, d’attentions. En fait, la vie doit continuer comme avant mais en l’adaptant à son âge et son état de santé, sans forcer.

 

  • Ne pas changer ses habitudes mais aménager son lieu de vie en fonction de ses problématiques physiques. Ne pas modifier l’environnement d’un animal aveugle, il le connaît par cœur. Éviter également les gestes brusques à son approche.
  • Penser à aider l’animal douloureux pour monter des marches ou dans une voiture
  • Ne pas interrompre les promenades pour continuer à stimuler ses sens et empêcher l’arthrose de gagner du terrain mais en adapter le rythme et la durée.
  • Maintenir une bonne hygiène quelle que soit la situation. Pour les animaux souffrant de maladies faciales, la toilette devient un effort impossible pour eux, ce qui les démoralise. Les maîtres devront parfois faire la toilette de leur animal eux-mêmes.
  • Ne pas attendre qu’il demande à sortir, ouvrir la porte souvent s’il a du mal à se retenir.
  • accompagner l’animal en fin de vieGénérer du bien-être. Ça améliore la qualité de vie et allonge la durée de vie. Le faire jouer est une façon simple de lui prodiguer une sensation de bien-être. Il faut que les maîtres continuent à ménager ces moments privilégiés avec leur animal. Être caressé, entendre qu’on lui parle, jouer avec son maître sont autant de raisons pour un animal de se dire que la vie vaut la peine d’être encore vécue !
  • Des visites régulières chez le vétérinaire permettent d’identifier les problèmes de santé, d’obtenir des soins médicaux adaptés et de recevoir des conseils avisés afin de lui faciliter la vie. Un dépistage précoce et des soins adaptés peuvent ralentir l’évolution de certaines maladies, augmenter leur espérance de vie et améliorer leur confort.
  • Pour soulager la douleur, combiner les thérapies vétérinaires et pharmaceutiques avec des soins complémentaires. De l’acupuncture aux soins énergétiques, en passant par l’homéopathie, l’ostéopathie et les fleurs de Bach, la liste est longue. Toutes ces techniques sont efficaces pour vous aider à soulager l’animal mais ne jouez pas à l’apprenti sorcier et rapprochez-vous d’un spécialiste du domaine.
  • Ne jamais laisser un animal souffrir jusqu’à la mort. Étudier la situation, en tenant compte des besoins de l’animal et de l’entourage, permet de prendre de façon raisonnée la décision de mettre fin à ses souffrances en le faisant euthanasier, ou encore de continuer les soins. C’est un choix douloureux et difficile à assumer, mais essentiel. L’important, c’est d’être en paix avec cette décision. Chaque cas est unique. Personne n’a le droit de juger. Après tout, votre animal a eu jusqu’à présent  une vie heureuse et c’est à vous qu’il le doit. C’est tout ce qui compte.

    Dispositif d’accompagnement à la fin de vie de votre animal 

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Comment dépasser la mort de votre animal domestique

Comment affronter l’euthanasie d’un animal de compagnie

Comment faire le deuil d’un animal domestique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.