C’est inné chez les chats, ils sont curieux, c’est bien connu. Ne dit-on pas « curieuse comme une chatte » ?

Et la curiosité étant un vilain défaut, elle peut leur jouer des mauvais tours. Eugène O’Neill a dit dans une de ses pièces : « Curiosity killed a cat » (La curiosité a tué un chat). Elle les incite à se mettre en danger.

Ils éprouvent un besoin irrésistible d’explorer tous les lieux qui leur paraissent mystérieux et où ils risquent de rester enfermés : un placard, la maison du voisin qui part en vacances, la machine à laver le linge qu’on va refermer sans s’apercevoir qu’ils sont dedans (personnellement, j’ai retrouvé, après l’avoir cherché pendant une heure, le chaton de mon fils dans le réfrigérateur). Plus c’est haut, mieux c’est et là, gare à la chute qui va entraîner tout ce qu’il y a sur l’étagère. L’endroit où vous préparez la nourriture de la famille est aussi très attirant et ils mettent les coussinets sur la plaque chauffante

Pour ceux qui vivent en appartement, les balcons représentent un véritable danger s’il leur prend l’envie de se pencher pour observer la petite chatte qui joue sur le balcon du dessous.

Quant à ceux qui sortent à l’extérieur, d’autres menaces les guettent : jouer avec un serpent ou une abeille, aller renifler les colonnes de chenilles processionnaires (voir sur le blog l’article du 20 juin 2017), grimper en haut d’un arbre dont ils ne pourront pas redescendre. En principe, les chats n’aiment pas l’eau mais la curiosité peut les amener au bord de la piscine du voisin et s’ils tombent dedans, ils vont s’épuiser à essayer de remonter et se noyer. Les regards et autres canalisations non protégés peuvent les attirer et deviennent un véritable piège pour eux.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.